Randonnée : Au fil du Laurent à Botz-en-Mauges

Randonnez dans la campagne de Botz-en-Mauges à travers champs et vallons, marchez au creux des coteaux de la rivière du Laurent en prêtant l’oreille à la découverte de la faune sauvage.

Dégustez une corme le long du sentier et observez le chevesne (poisson) remonter l’Evre et se cacher dans ses méandres.



Conseils + :
- Au fil du Laurent est une randonnée variée et facile qui plaira au plus grand nombre.
- Aire de pique-nique à Gévrise.
- Ne randonnez pas sans votre pique-nique du terroir : composé de spécialités locales préparées pour vous par un artisan, il recèle des trésors de gourmandise !


randonnee-fil-laurent-botz-en-mauges.jpg

randonnee-riviere-campagne-fil-laurent-botz-en-mauges

 

Vous pouvez créer vos variantes en couplant cette randonnée avec Courossé Gévrise à La Chapelle Saint Florent
Vous emprunterez une portion de sentier sur le GR3.

 

randonnee-duree.png

Durée de la randonnée

2h45

rando-km-distance.png

Distance en km de la randonnée

9,3 km

rando-voie-goudron.png

Pourcentage de voie goudronnée de la rando

40%

depart-rando.png

Départ de la Rando

Place de la mairie

ou

aire de Gévrise

randos-trace-gps-une-autre-loire.png

Télécharger la trace GPS de la rando

 

randonnee-fil-lauren-botz-mauges-ctharreau-logo.jpg


Botz-en-Mauges une presqu’île…

Le logo de la commune met en valeur l'un des aspects caractéristiques de Botz. En effet, sur 20 km de limites communales, 17 sont constituées de rivière ou de ruisseaux : l'Èvre, le Moulin Moreau au nord, le Pont Laurent, l'Étang, et le Saint-Germain au sud.

randonnee-fil-lauren-botz-mauges-ctharreau-cormier.jpg


Le cormier

Le cormier appartient à la famille des Sorbiers et est un arbre de 5 à 20 m de haut. Le bois de cormier est un bois de haute qualité, de couleur rouge-brun, très dur, avec un grain fin, il est très recherché par les ébénistes. Autrefois il servait à la confection des dents d’engrenage, de pièces mécaniques… Ses fruits, sorte de poires rouges et vertes, ont fait le bonheur des gens des campagnes. Ils étaient notamment dégustés comme une boisson apparentée au cidre : le « cormé ». Ils se mangent bien mûrs et même desséchés en hiver.

banniere-botz-en-mauges.jpg


Bois de chênes verts

Le chêne vert est une essence qui ne pousse pas naturellement dans notre région. Aussi, on le trouve souvent dans des aménagements de parcs de châteaux. La particularité de ce vieux boisement de Botz, est de le trouver en milieu agricole et notamment sur des terrains difficiles (coteaux).

Source : www.cpieloireanjou.fr.

randonnee-fil-lauren-botz-mauges-ctharreau-chaussee-gevrise.jpg

randonnee-fil-lauren-botz-mauges_1.jpg


Le chevesne

Le chevesne aime les eaux courantes et oxygénées. Il peut se pêcher "à la volante" avec un fil et un hameçon auquel on accroche une sauterelle que l'on a capturée dans les herbes bordant le ruisseau. Cette pêche était pratiquée par les enfants dans les petits ruisseaux des Mauges voilà 60 ans. On peut aussi en se promenant s'amuser à jeter une sauterelle dans l'eau et rapidement on verra un chevesne se jeter dessus.

Source : G. Tharreau

menard-tarare-botz-mauges-2.jpg


Les tarares

Appareil muni d'un moulin et de grilles, servait à éliminer les balles (enveloppe du grain des céréales), les poussières et autres impuretés, pour obtenir une graine propre. C'est un jeune de la commune, Jean Ménard qui en 1848 fonde une usine de moulin à venter après un apprentissage en menuiserie à Angers, à Lyon puis dans le midi. À l'origine l'atelier était situé à l'angle de deux rues. Plus tard un bâtiment de 900m² sera construit. Il est propriété de la commune aujourd'hui. L'entreprise employait diverses professions : menuisiers, forgerons, peintres ou rouliers. En 1901, quinze ouvriers y travaillent ; ils seront jusqu’à soixante en 1926. Mais il ne faut pas oublier les emplois induits. Le tarare étant équipé de diverses grilles, leur fabrication se fait à domicile. Au sein de leurs foyers, installées devant un cadre, ce sont les femmes qui tressent le fil de fer. En 1901, on compte ainsi quarante grillageuses à Botz. L’usine a ainsi fait vivre de nombreux Botzéens pendant une centaine d'années. Sur les derniers documents publicitaires d'après guerre, on notait que plus de 300 000 tarares avaient été fabriqués à Botz-en-Mauges.

Source : G. Tharreau

botz-en-mauges_2.jpg